CELINE ZAPATTA – PAU

Céline Zapatta est une créatrice de bijoux passionnée et passionnante. Alors qu’elle a confié la création de son site boutique à Vahn’s Communication, et-cetera s’occupe du contenu rédactionnel pour son lancement.

OBAVMS, kézako ?

cob aluPour la première année, le lycée des métiers de l’habitat de Gelos organise avec fierté le concours général des métiers, spécialité OBAVMS.
Vous vous demandez certainement ce qu’est cette nouvelle filière? Et c’est bien là que le bât blesse : le manque de lisibilité de cette dénomination cache une spécialisation qui a pourtant de beaux jours devant elle puisqu’il s’agit de la filière Ouvrier du Bâtiment Alu Verre et Matériaux de Synthèse. A travers la communication faite autour du Concours, il s’agit de promouvoir cette voie.

Newsletters au service du littoral

orque sudoeLe projet Orque Sudoé est un chantier visant à mettre en place, en fédérant les moyens en termes d’infrastructures et de compétences des différents partenaires européens, des outils permettant un suivi à long terme de la qualité de ces milieux naturels et donc d’une vision essentielle dans la mise en œuvre des politiques de l’environnement.
Pour l’ensemble de ses partenaires, une lettre d’informations est éditée chaque mois.

Wlady Morin – Pau

support de communication

WLADY au ZENITH - CoUne plaquette réalisée en 2008 ? Et si on lui donnait un petit coup de jeune ?
Un répertoire mis à jour, un visuel plus moderne… pour une ambiance lounge assurée.
Hop hop hop, Wlady, auteur, compositeur, interprète et musicien a un nouveau support, signé Et-Cetera.

Vahn’s – Pau

contenu web

logo-vahnsVahn’s communique sur internet depuis de nombreuses années… Mais comme chacun le sait : les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés. Aussi, Vincent Lebée est intransigeant sur le contenu des sites internet de ses clients, mais n’a pas vraiment le temps de se pencher sur celui de son propre site. Et-cetera a donc rédigé quelques articles pour mieux expliquer aux internautes les différents domaines d’intervention de l’agence paloise.

Samuel Sebban

samuel sebbanA l’automne, la rédaction de l’Hebdo s’était déjà intéressée à Samuel Sebban. Passionné par la musique (chant et piano), le jeune homme se lançait le défi de concourir pour l’Eurovision, après avoir composé plusieurs comédies musicales. Déjà, il nous avait confié avoir un projet, mais « top secret ;  je vous préviendrais en temps et en heure, » nous disait-il à l’époque… Voilà qui est fait. Le rendez-vous est pris, 4 rue Jeanne d’Albret à Pau.

Face à l’église Saint Martin, un panneau nous indique l’Epicerie à la sauce béarnaise… et nous retrouvons donc Samuel, un béret vissé sur la tête.
Surprenante métamorphose
Ce projet, cela fait bien deux ans que Samuel le mûrit : lors de ses nombreux voyages à l’étranger, il constate que peu connaissent le Béarn… Par contre, sans en connaître le lien, beaucoup apprécient la sauce béarnaise ! « La sauce béarnaise, c’est un peu comme la sauce barbecue finalement : on ne prête pas attention à son origine, malgré que ce soit écrit dessus… » sourit le nouveau commerçant. A l’instar de la moutarde de Dijon, Samuel voudrait faire de la sauce béarnaise la carte d’identité du Béarn, puisque « quand on quitte le Béarn, il y a peu de chose qu’on puisse rapporter dans nos bagages. »
Son idée, c’est d’élaborer la recette, le packaging, et d’assurer la commercialisation à travers différents lieux de dépôts. Mais après de nombreuses études de marché en direct de la capitale de la moutarde pour comprendre toutes les ficelles de ce marché fructueux, il constate que là-bas, les boutiques où est vendue la fameuse moutarde sont de véritables sites touristiques. Ni une, ni deux, il lui faut un local à deux pas du centre historique de Pau. Etape suivante, la recette. Habitué des castings, il entreprend l’élection de la meilleure sauce béarnaise, un cahier des charges bien précis pour s’approcher au maximum de la recette originale. Son choix se fera sur celle confectionnée par la Maison du Jambon de Bayonne… « Un pied de nez pour rappeler que le Jambon de Bayonne est béarnais ! »
Et des pieds de nez, dans sa petite épicerie, Samuel en a fait une seconde marque de fabrique : à commencer par son logo ; une tortue faisant allusion non seulement au berceau du Bon Roi, mais aussi au caractère tranquille et plein de sagesse des béarnais ou encore à Henriette, une poule au pot délicieuse… à découvrir absolument.
Mais, ne vous en disons pas davantage, le mieux reste encore de se rendre à l’épicerie ouverte du lundi au dimanche toute la journée ( fermeture le mercredi) où Samuel se fera un plaisir de vous conter avec humour et élégance les mille et une anecdotes sur l’Histoire du Béarn, ses us et coutumes.


Béarn 12 points